< Revenir sur le site de l'association
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
25 Juin 2024 à 20:01:22
Accueil Aide Identifiez-vous Inscrivez-vous
   =>=>=>=>=>=>  JOURNÉES ACTIVITÉS : TOUS LES SAMEDIS    =>=>  www.fondation-patrimoine.org/mecenalsace  => RENCONTRE MENSUELLE DES VEHICULES DE COLLECTION : (reprise le 4 JUILLET) LE 1er DIMANCHE du mois de MARS à NOVEMBRE : 10 H à 12H30 =>=> =>=>=>

+  Forum de l'association Autocars Anciens de France
|-+  DETENTE
| |-+  Sur le net, dans la presse j'ai vu...
| | |-+  Nouveau Musée ??
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Nouveau Musée ??  (Lu 6856 fois)
Plouf
Chef d'exploitation
*******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1607


« le: 08 Septembre 2016 à 18:04:44 »

Je vous donne une idée pour créer un nouveau Musée  Grima&ccedil;ant


Y aura-t-il un conducteur dans le bus du futur ?

Une récente étude d’un laboratoire chargé des transports au sein de l’OCDE proposait une solution radicale à l’engorgement automobile des villes : l’interdiction des voitures et bus traditionnels.

Elle conseillait leur remplacement par des flottes de navettes électriques à la demande.

Cette idée impliquait le doublement des bus en circulation et donc un effort financier considérable lié à l’embauche d’un grand nombre de chauffeurs. « On peut compter sur les progrès du véhicule autonome pour contrebalancer ce surcoût à terme », suggéraient les auteurs de la recherche.

Les facultés étonnantes des navettes sans conducteur fabriquées par Navya ou Easymile laissent en effet entrevoir comme possible un monde sans chauffeur.

Beaucoup d’acteurs du transport urbain en rêvent secrètement. A commencer par les opérateurs, autrement dit ceux qui paient les machinistes. « Quand on sait que la main-d’œuvre représente 60 % du coût d’exploitation d’une ligne, forcément, c’est un but à terme », glisse un cadre de l’un des groupes français majeurs du secteur.

Sauf que, pour le moment, la réglementation routière est claire : sur la voie publique, tout véhicule doit être contrôlé par un humain.

D’ailleurs, les navettes qui rouleront dans le quartier de la Confluence à Lyon samedi 3 septembre ont non seulement besoin d’une dérogation du ministère de l’environnement pour circuler mais, en plus, elles n’auront pas le droit de fonctionner sans un employé chargé de prendre les commandes en cas de problème.
« Complémentaires de nos offres existantes »

Cela n’empêche pas les industriels traditionnels du bus de multiplier les tests.

Mi-juillet, Mercedes a fait rouler un car autonome entre l’aéroport d’Amsterdam et la ville de Haarlem. Sur un trajet de plus de 20 kilomètres comportant des tunnels et des feux tricolores, le chauffeur n’a rien eu d’autre à faire que de regarder son véhicule se conduire tout seul.

La RATP mène avec Iveco un essai de « garage intelligent ». L’idée est de tester des autobus munis de capteurs qui procèdent aux manœuvres de stationnement sans intervention humaine.
« Nos projets de véhicule autonome sont complémentaires de nos offres existantes et n’auraient donc pas d’impact sur les emplois des machinistes, assure Nathalie Leboucher, directrice de la stratégie et de l’innovation à la RATP. Nos personnels assurent par ailleurs un service aux voyageurs qui va au-delà de la conduite. »

« Le fait de rassembler plusieurs personnes dans un minibus de jour mais aussi de nuit implique une responsabilité, ajoute Yann Leriche, directeur de la performance de l’opérateur de transport français Transdev. Nos premiers tests semblent montrer que des points de contact humains sont nécessaires pour rendre un service le plus efficace possible. »

Le coût actuel d’un minibus autonome – 200 000 euros pour transporter une douzaine de passagers – rend le bus avec chauffeur encore compétitif.

Pour combien de temps ? Les spécialistes du marché prédisent une baisse du prix de 40 % d’ici un an.

Source : Béziat, Y. (2016) Y aura-t-il un machiniste dans le bus du futur ?
Le Monde.fr/economie 2 septembre 2016.

Journalisée

Si dans un moteur le ventilateur tourne trop vite, il éteint les bougies.
Les pistons se retrouvent dans le noir et vont se cogner la tête dans les soupapes.
Et c’est là que les ennuis commencent.
Plouf
Chef d'exploitation
*******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1607


« Répondre #1 le: 08 Septembre 2016 à 18:11:59 »


http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2016/09/02/les-villes-s-interessent-de-pres-aux-minibus-sans-chauffeur_4991310_1656968.html
Journalisée

Si dans un moteur le ventilateur tourne trop vite, il éteint les bougies.
Les pistons se retrouvent dans le noir et vont se cogner la tête dans les soupapes.
Et c’est là que les ennuis commencent.
cheminal
Chef de planning
******
Hors ligne Hors ligne

Messages: 384



« Répondre #2 le: 09 Septembre 2016 à 23:38:21 »

Après avoir testé un bus électrique, la ville de Strasbourg s'âprete a tester une ligne de microbus automatique.
Journalisée

Pages: [1] Haut de page Imprimer 
« sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2009, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !