Nos dernières photos

Médiathèque  Se rendre à la médiathèque


Notre agenda électronique

Ci-dessous  Prochains évènements [ Toutes les dates ]


Restez au courant ! Inscrivez-vous pour recevoir, par mail et tous les mois, la lettre d'informations pour tout savoir sur notre association.


Ci-dessous  Dernières lettres [ Toutes les lettres ]

BI N° 41_avril 2018  |  Télécharger cette lettre d'informations
BI N° 40_janvier 2018  |  Télécharger cette lettre d'informations
BI N° 38_octobre 2017  |  Télécharger cette lettre d'informations

AccueilLe musée de l'autocarNotre collection
La collection d'autocars du musée  


SAVIEM E7 L (1974)

PhotographiePhotographiePhotographie

> voir les Caractéristiques de ce véhicule

- Immatriculation actuelle : 3278 WL 68 (1997)
- Immatriculation précédente : 8650 RA 67 (1974)
- Type : E72156AS
- N° de série : 616512
- Moteur : MAN 2156 HM - 6 cylindres 235 ch. en position arrière
- Puissance fiscale : 28 CV
- Poids Total : 15,000 t
- Poids à vide : 10,300 t
- Capacité : 54 places assises

- Véhicule mis à disposition d'AAF par son propriétaire Marcel KUNEGEL

- En 1938 la France voit naître l'ISOBLOC, le premier autocar européen à structure autoportante et moteur arrière. Après guerre, l’Isobloc est boudé au profit de modèles plus spacieux et plus polyvalents, à moteur avant ou central. On oublie le moteur arrière, jusqu’à ce que le Traité de Rome de 1960 ouvre la porte à des allemands qui ont su moderniser la formule de l’Isobloc. Les deux principaux constructeurs nationaux, Berliet et Saviem, se livrent alors à une course folle pour qui sortira le premier son car à moteur arrière. Berliet présente son Cruisair en octobre 1968 et Saviem son E7 en février 1969. La gamme E7 comprend à l’origine deux modèles, le N de 10,50 m et le L de 12 m, qui offrent de 41 à 53 places. La caisse abondamment vitrée et au toit très plat, tranche avec les fabrications précédentes. Le moteur MAN 2156HM positionné à l’arrière délivre 235 ch. Les soutes à bagages de 6,1 à 7,7 m3 permettent enfin de se dispenser de galerie. La suspension pneumatique, le train avant à roues indépendantes stabilisées par ressorts hélicoïdaux, feront du E7 un autocar très confortable. Pour autant, avec son allure qui manque de classe et ses imperfections techniques, la comparaison avec un Setra ou un Mercedes ne lui est pas favorable, si bien que ces derniers continuent leur progression, d’abord en tourisme, puis en ligne et en urbain.

- La gamme s’agrandit en 1973 des E7C et E7M de 8 m et 11,45 m. Des versions urbaines E110 et E125 voient le jour en 1974. En 1978, au moment où Saviem devient RVI en compagnie de Berliet, le E7 subit une cure de jouvence affectant essentiellement la calandre et le poste de conduite. Une version interurbaine, le S57, complète la gamme en 1980. Le concept général n’est plus du tout au goût du jour, si bien que les E7 et S57 tirent leur révérence en 1982 afin de permettre à l‘usine d’Annonay d’installer les postes de fabrication du FR1 qui sortira en 1983. Toutes versions confondues, le score du E7 est de 3496 unités produites, dont la moitié en E7L.

- Ce véhicule a la particularité d’être équipé de deux portes louvoyantes Wegmann, une option rare, proposée à la place de la porte pliante à l’avant et de la porte battante à l’arrière

- La vie du car
1974 à 1997 : en service aux autocars HERBRICH à Sélestat (Bas Rhin)
1997 à 2007 : autocars KG BUS à Ostheim (Haut Rhin)

Benoît GRUHIER

Fil de discussion le concernant :
http://autocarsanciensdefrance.fr/forums/index.php?topic=3004.0


SAVIEM HEULIEZ SG5 M73 (1980)

PhotographiePhotographiePhotographiePhotographiePhotographie

> voir les Caractéristiques de ce véhicule

- Immatriculation actuelle : 757 ERW 77 (2008)
- Immatriculation précédente : 2737 KE 62 (1980)
- N° de série : 938167
- Type : SG5 M73
- Moteur Saviem 4cyl. 3593 cm3 et 90 ch.
- Puissance fiscale : 12 CV
- Poids total : 7,300 t
- Poids à vide : 4,530 t
- Capacité : 33 places assises

- Carrosserie réalisée par Heuliez
- A effectué sa carrière dans la ville de Leforest (Pas de Calais)
- Provient de la collection ATP Nangis (Alain Gros)


SAVIEM LRS R 2191 (1960)

PhotographiePhotographiePhotographiePhotographie

> voir les Caractéristiques de ce véhicule

SAVIEM LRS R 2191 (1960)

- Immatriculation actuelle 3 NP 81 (1974)
- N° de série 10100232
- Dimensions 10,60 m x 2,50 m
- Poids à vide 7,645 t
- Poids en charge 14,500 t
- Moteur Renault 578 diesel 6 cylindres horizontaux, dit "fainéant", de 120 ch
- Boîte de vitesse manuelle à 5 rapports
- Capacité 45 places assises
- Véhicule à « pavillon haut » (seulement 77 exemplaires construits)

- Véhicule équipé à origine d'un moteur essence, en dotation dans l'armée, puis vendu par les domaines aux Ets Espérou d'Albi qui l'équipèrent d'un moteur diesel. Le car fut réceptionné à titre isolé par les mines et ensuite vendu en 1974 au transporteur albigeois Alberge Josian.
- Revendu aux établissements Bécardit, toujours à Albi, en 1977.

- Acquis en 1989 par l'association CarHistoBus basée également à Albi dans le Tarn, il prend la route, en 1990, avec une vingtaine de congénères, de l'Ecomusée d'Ungersheim dans le Haut Rhin, où un musée des transports doit être créé.
- Remisé d'abord en extérieur, puis dans un ancien hall de stockage de potasse pendant près de 25 ans, ce qui a fait proliférer la corrosion, il est rapatrié en 2014 sur le site Euromobile de Betschdorf dans le Bas Rhin.

- Les initiales « LRS » proviennent de la fusion fin 1955 des trois constructeurs de poids-lourds Latil, Renault et Somua, ayant donné naissance à la Saviem (Société anonyme de véhicules industriels et d’équipements mécaniques).
- Il fallut attendre 1978 (regroupement de Saviem et de Berliet) pour revoir sur les autocars et autobus le losange Renault, du nouvel ensemble RVI (Renault Véhicules Industriels).

Source : http://www.standard216.com

Fil de discussion le concernant http://autocarsanciensdefrance.fr/forums/index.php?topic=2852.msg22141#new




SAVIEM S53M (1977)

PhotographiePhotographiePhotographiePhotographiePhotographiePhotographie

> voir les Caractéristiques de ce véhicule

Mis gracieusement à disposition d'AAF par François Bonnaud

- Immatriculation actuelle : CN-500-CD (2012)
- Immatriculation précédente : 6109 QU 84 (1977)
- N° de série : 640340
- Moteur MAN 6 cylindres de 165 ch
- Puissance fiscale : 19 CV
- Poids Total : 14,500 t
- Poids à vide : 8,900 t
- Capacité : 50 places assises

- Véhicule appartenant à François Bonnaud, transporteur à Cavaillon (Vaucluse), qui le met gracieusement à disposition d'AAF.
- Acheté neuf le 22/04/1977 par les CARS COMTADINS à Carpentras 84200 puis racheté par Denis MASSON, un de leurs conducteurs. Ensuite acquis par François le 22/11/2012.


- Le S 53 a partagé la vie des Français des années soixante-dix, sur le chemin du collège, de l’entreprise, dans les liaisons interurbaines, les voyages scolaires, les colonies de vacances. C’était le car « par excellence », 90 % des transporteurs l’ont utilisé, appréciant toutes ses qualités de robustesse, de longévité, de fiabilité.

- S 53-M : S comme Saviem, 53, pour le nombre de places, M comme Man, le type de moteur de 165 ch. Il y eut d’autres variantes susceptibles d’offrir de 45 à 100 places, du S 45 long de 10,62 m, au S 105 bus urbain de 11,00 m.

- Le moteur Man 165 ch est le plus répandu, le moteur Saviem Fulgur de 150 ch équipe plutôt les urbains. Toutes les combinaisons de moteurs et de sièges, du plus luxueux au plus fonctionnel sont en principe possibles.

- La caisse-poutre autoportante est légère, faite de profilés carrés soudés électriquement, traités contre la corrosion, déformables aux chocs et réparables – c’est une technique déjà bien éprouvée chez Saviem : en effet, les origines du S 53 remontent à la série des Renault R-4000 de 1950. Les panneaux sont revêtus d’enduits insonorisants et anticorrosion. « Une robustesse qui ne nuit pas à l’élégance » disait-on en ce temps.

- Le S 53-M est muni d’un moteur 6 cylindres placé horizontalement sous le plancher, entre les deux essieux, offrant une répartition équilibrée des charges, une bonne stabilité théorique qui dispense de roues arrière jumelées. C’était oublier un peu vite la neige, le verglas, la chaussée mouillée ou grasse !

- Pour le reste, par beau temps, on peut user sans modération des qualités de l’excellent freinage très classique à air comprimé, et de celles de la suspension, non moins classique, faite de ressorts à lames doublés d’amortisseurs et de coussins d’air en fin de course.

- Les voyageurs bénéficient de soutes à bagages et d’une bonne visibilité une fois assis. Pour le conducteur, l’absence de commandes assistées à l’exception de la direction, très maniable, et des freins est plutôt rassurante : l’embrayage, la boîte bien synchronisée et le frein de secours et d’immobilisation mécanique ne trahiront pas !

- Mais c’est la fin d’une époque : bien obligé de sacrifier à la mode et à la réglementation pour se vendre : ses jeunes frères, nés après 1977 seront « restylés » S 45-R et S 53-R. Le look est nouveau et, déjà, pointent quelques sophistications : suspension mixte à coussins d’air, freinage type CEE avec freins de secours et de parking pneumatiques…

Source : www.standard216.com/


Précédent12345678910111213141516171819Suivant



Nos partenairesTous les voir

Découvrez la collection de véhicules de l'association